• Etat d'esprit en ce début de vacances

    C'est BON d'être en vacances !…

    C'est vraiment bon.

    Je lis Astérix, je traîne sur l'ordi, je déjeune des fruits devant la télé, puis un peu de taboulet et de la salade piémontaise, ainsi qu'une bonne tartine d'avocat… Ainsi que du pain avec du fromage et du saucisson.

    C'est bien, c'est très bien. Tout à l'heure je finirai la boîte de macarons.

    Pour moi, c'est presque un choc, de me retrouver comme ça seul avec mon père à Plerguer, après un mois de Janvier aussi chargé…

    ENFIN, je n'ai rien à faire !…

    Je m'occupe tranquillement. Je traînaille. Mais on ne peut pas dire que je procrastine, puisque je n'ai rien à faire !…

    Je peux lire des livres, je peux lire les bandes dessinées qui sont dans la maison…

    Pour jouer à la playstation, je crois que je vais attendre Mathurin.

    Je suis si TRANQUILLE…

    Sérieusement, c'est un choc :

    plus de ville, plus de colocataires, plus d'amis, d'ailleurs; plus de cinémas à portée de la main, plus de médiathèque, plus d'école

    Et oui : je suis dans une petite bourgade d'Ille-et-Villaine où il n'y a rien à faire, l'extérieur de la grande maison de mon père est superbe, mais il est hors de question que je sorte dehors en cette saison.

    J'ai donc à disposition : mon père. Une maison immense. Des ordinateurs avec internet. Des livres. Quelques bandes dessinées. Quelques cassettes vidéos.

    J'avais perdu l'habitude. Comme à présent il y a Mathurin avec qui je passe un peu de temps, lorsque je suis à Plerguer, ça me fait drôle de me retrouver dans cette situation.

    Je crois que, si je n'avais pas eu Plerguer, je n'aurais jamais écrit L'Hydromelade. C'est le contexte parfait pour se mettre à écrire un roman.

    Je me suis retrouvé à être créatif car j'avais pas grand-chose d'autre à faire !…

    Et, aujourd'hui encore, je me dis que je suis dans le contexte idéal pour me remettre à faire des trucs cools. C'est le moment idéal si je veux commencer un blog dessiné. C'est le moment idéal si je veux vraiment commencer à écrire l'histoire de God's Dog.

    J'ai beaucoup de mal à faire tous ces trucs à Strasbourg (écrire de longs récits, écrire tout court, dessiner pour moi…), parce que là-bas j'ai une vie. J'ai des trucs à faire, des plannings, des soirées et sorties qui s'improvisent, du travail, aussi.

    Ici, j'ai le choix entre traîner confortablement ou essayer d'entreprendre des trucs cools.

    Je crois que ça ne va pas être aujourd'hui que je vais m'y mettre.

    Je dis quelque-chose de terrible, non ?… Je dis que j'ai écrit un roman parce qu'au fond je n'avais "que ça à faire".

    Le problème c'est qu'aujourd'hui, j'en quand même une, de vie. Et, genre, quand j'ai une vie, je n'ai plus envie de me raconter des histoires ?… C'est terrible.

    En même temps, pas tant que ça.

    Il y a l'histoire qu'on se raconte, et il y a l'histoire vécue. J'aime bien vivre des histoires au lieu d'en raconter.

    J'aime bien vivre tout court.

    Ma vie à Strasbourg est réellement en train de s'épanouir. Malgré le travail fourni dans la perspective des bilans tout le long du mois, ce mois de Janvier aura vraiment été très bien.

    Je me fais à la vie strasbourgeoise. Je fais des trucs cool. Je remplis mon temps sans aucun problème. J'ai des ami(e)s. C'est bien. Ma vie s'éclot.

    Mais je n'aime pas l'idée que cela puisse me priver de l'envie de raconter des histoires. Si je n'ai plus d'histoires à raconter parce qu'à présent j'ai une vie, alors que vais-je faire de cette dernière ?…

    Quel métier vais-je faire si en fin de compte il ne m'est pas indispensable de nourrir des personnages et de les laisser prendre forme ?…

    Je n'admets pas vraiment cette idée, mais force est de constater que je ne m'adonne à eux qu'en de très rares occasions. Ces vacances sont peut-être l'occasion de s'y remettre, mais ce n'est même pas sûr. Il faut trouver la force, pour faire vraiment ces trucs. L'élan. L'envie, tout simplement. Aujourd'hui, tout ça n'est pas vraiment présent en moi.

    Je crois avoir déjà abordé ces thèmes. C'est peut-être pour ça que je mets si peu mon blog à jour : parce que j'ai peur de râbacher.

    J'aimerai bien vivre tout en me racontant des histoires. Ça me ferait plaisir quand même.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Février 2010 à 08:35
    Bientôt
    Oh, je suis sûre que c'est possible, ça va venir. Au début tu fais un tout ptit peu d'une chose, beaucoup de l'autre (un peu d'histoires, beaucoup de vie ou l'inverse), et au bout d'un moment, ça finira par s'équilibrer. C'est un peu comparable à... tu sais, en te promenant au musée, soit tu choisis de dessiner soit de vivre la visite "normalement", faut toujours choisir, je trouve. Au passage, "Hydromelade" c'est un titre merveilleux, je me demande ce que ça cache ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :