• deuxième épisode d' à l'intérieur de l'horloge

    Ils n'arrêtaient plus de rire, en se regardant les uns les autres, se tapant les cuisses, se pliant en deux, tandis que moi, j'avais une boule dans la gorge et m'empêchais de pleurer, car je ne comprenais rien à ce qui m'arrivait. J'ai crié: "ARRETEZ DE RIGOLER! C'EST PAS DRÔLE! ARRÊTEZ DE RIGOLER!" Il se sont tous tus d'un coup, comme ça, et m'ont fixé, immobiles. L'un d'eux m'a dit: "Eh bien, si, c'est drôle! Pourquoi est-ce que tu dis que ce n'est pas drôle? Nous ne serions plus d'accord!". Je lui ai demandé: "De quoi étions nous d'accord?!". Il m'a fixé, puis il a fini par me répondre:"Eh bien, je ne sais pas moi...Nous sommes d'accord que les profiteroles sont un délicieux plat, par exemple!". J'avais du mal à le suivre. Je leur ai dit: "Excusez-moi, mais vous êtes tous fous, alors moi je vais rentrer chez moi!" mais en me retournant, il n'y avait plus de porte. Il n'y avait que du vide. J'eus de nouveau une grosse boule dans la gorge. Je me suis retourné vers eux, ils discutaient de nouveau entre eux comme si j'avais disparu et ça m'énervait, je leur ai demandé: "Pourquoi la porte a disparu?!". Ils continuaient tous de discuter, alors je me suis répété en criant. Il n'y eut toujours aucune réaction. J'ai pris la jambe d'une personne de la foule pour essayer de faire tomber cette personne, mais je n'y parvins pas, et le type fit comme si de rien n'était, comme si je ne lui avait jamais pris la jambe. Là je me suis rendu compte que j'avais rapetissé. Je n'atteignais plus que le genou de l'homme! Je fus étonné de ne pas m'en être rendu compte plus tôt. J'ai soupiré, et comme personne ne réagissait à mes gestes et mes paroles, j'ai pleuré. Mais personne n'y réagit:  Ils continuaient tous de discuter comme si de rien était. J'ai pleuré de plus en plus fort,  mais rien du tout.
    J'ai tapé les jambes de gens dans la foule, je les ai mordus, eh bien, ils continuaient toujours de discuter: Je les mordais, et ils continuaient de discuter, comme si je ne les avais pas mordu!
    J'ai crié: "JE VEUX RENTRER CHEZ MOI!", ils  n'ont toujours pas réagi. Je me suis assis par terre et j'ai continué de pleurer en sanglotant, la tête dans mes mains. Il y avait du bruit autour de moi: Leurs discussions futiles. Je me sentais terriblement seul. Pas à un seul moment il ne me regardèrent: Ils faisaient exactement comme si je n'existais pas! Dire qu'ils m'avaient souhaité la bienvenue! Je me suis dis que j'en avais marre, et je me suis remis debout. J'ai marché, m'éloignant d'eux. Devant moi il y eût une forêt, je suis rentré dedans. Petit à petit je n'entendais plus la foule qui s'éloignait, et je reprenais ma taille normale. J'ai arrêté de pleurer. Je me suis dit que je n'aurais pas dû rentrer dans  l'horloge. Il faisait sombre, avec le feuillage des arbres je ne voyais même plus le ciel. J'avais les mains dans les poches et ma tête penchée vers le sol.
     
    À SUIVRE...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :