• Parfois j'aimerai bien faire de la musique. J'écoute la playlist du blog "lisadawn", j'aime vraiment ce que j'écoute.

    Ce que je trouve formidable avec cette musique, c'est cette manière qu'elle a à communiquer des émotions, à dégager une atmosphère, sans passer par les mots… Je veux dire… Cette musique crée un univers, qui n'a pas besoin de se raconter une histoire, qui n'a pas besoin de philosopher. S'il y a des mots, on ne se concentre pas dessus, on s'en fiche. C'est un monde magnifique et sans mots. J'aime beaucoup ça. Des fois j'en ai marre des mots.

    J'aimerai faire de la musique mais je n'ai que des mots. C'est très ennuyeux.


    4 commentaires
  •  

    C'est un macaque qui pense à un yaourt aux fraises et à une glace à la rhubarbe.

    C'est un macaque qui est seul. C'est un yaourt et une glace qui ne l'entourent pas. Qui ne font pas vraiment partie de sa vie.

    Mais ils font signe de vie au macaque. Alors le macaque s'accroche à ces signes.

    C'est bizarre.

     


    2 commentaires

  • votre commentaire
  • Bazar. 

    Alors, à partir de bazar.

    Basse. Art. Bas. Lézard. Blizzard. Zarbi. Bizarre. Zanzibar. Hasard. Baston. Basque. Lard. Bateau. Abscons.

    Un blizzard zarbi tombant sur Zanzibar barre la route à un basque lézard qui au hasard s'attelle à un bateau pour prendre le lard et faire de l'art abscons. 

    Qu'est-ce qu'on se marre !…

    _______________________________________

    Putain, c'est vrai que c'est bien, Au revoir Simone. C'est exactement le genre de musique qui me "tient en haleine" lorsque je gratte un coup sur mon blog.

    C'est encore une de ces musiques qui te transporte, quelque-part, qui crée une atmosphère, une ambiance. 

    Belle musique.

    Un lézard à Zanzibar écoute Mano Solo crier qu'il taille sa route. Le hasard le pousse vers un blizzard mais l'Art le sauvera. Ou bien le lard. L'art dont nous parlons n'est que lardon dépourvu de baston. Et un lardon sans baston ben c'est pauvre. La baston ya qu'ça d'vrai. Caché dans le bastion monsieur Hasard s'apprête à quitter le bateau du destin.

    Monsieur Hasard sur le bateau du destin… Ya ptêt un truc à faire, là…

    Monsieur Hasard sur le bateau du destin joue à perturber le programme. Ah ah ! J'aime cette phrase… (mec auto-satisfait)

     


    2 commentaires
  • J'ai vraiment envie de continuer à me raconter des histoires. Je veux vraiment écrire l'histoire de Bastien et de Vampire. Je veux vraiment dessiner l'aventure de Philibert.

    Je veux vraiment écrire (et dessiner ?…) l'histoire d'Amour et de ses congénères, aux trois grandes époques de sa vie. Je voudrais vraiment un de ces quatre établir un peu cette histoire de fous avec une sorte de Cristophe Colomb/Archimède qui croit pouvoir construire un vaisseau volant… et qui rencontrera un véritable far-west de l'autre côté de la mer, avec un cow-boy qui ne parle jamais poursuivi par un tueur à gages. Et j'aimerai bien mélanger encore plus les genres et y foutre des dizaines de personnages qui viendraient complexifier et faire rebondir l'action. 

     

    Il faut simplement que je me donne du temps. Peut-être cet été (pour les projets les plus pressés).

    Qu'est-ce que je vais faire de ma vie si j'arrête de me raconter des histoires ?…


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique