• Avec panache

    Onze mars 2011. 

    C'est la date de ma précédente note de blog. Aujourd'hui, nous sommes le dix juillet. A un jour près, cela fait donc précisément quatre mois que je n'ai plus posté la moindre note de blog. Quatre mois !…

    C'est la première fois depuis que j'ai créé ce blog que je passe autant de temps sans l'alimenter. Une telle rupture de rythme me semble forcément poser question, elle m'oblige forcément à reconsidérer les choses, à me remettre en question vis-à-vis de l'activité de ce blog.

    Le fait que, pour la première fois, je passe tant de temps sans toucher à mon blog, me donne l'impression que ce dernier est terminé, achevé.

    Depuis plusieurs années, j'ai essayé de m'obliger à ne pas m'obliger à faire des notes de blog.

    J'entends par là : je ne vais pas faire des notes de blog pour ne rien dire. Je vais faire une note quand quelque-chose me préoccupe, quand je ressens un besoin d'écrire, quand j'éprouve une impulsion, un élan. Et j'ai réussi : quitte à raréfier un peu mes notes, je n'écrivais plus que lorsque j'en avais vraiment envie.

    Et là, discrètement, cela fait quatre mois, que je n'ai plus fait la moindre note de blog !… Alors, qu'est-ce que je fais de ce fait ? Qu'est-ce que j'en dis ? Est-ce que j'en prends compte, comment est-ce que je réagis ?

    D'abord, ça me donne le sentiment d'une fin.

    Jusqu'ici, j'ai toujours refusé l'idée d'arrêter mon blog, mais c'était normal, puisqu'il n'y avait pas lieu de l'arrêter.

    Mais aujourd'hui, après quatre mois sans n'avoir plus rien écrit ici, je me pose cette question : et si cet objet était terminé, et si il fallait y mettre un point final ?

    Ça me semble justifié.

    Je suis né en 1990. J'ai démarré ce blog en décembre 2005 (presque en 2006). J'avais quinze ans. Aujourd'hui, nous sommes en 2011, et je viens d'avoir vingt-et-un ans il y a un mois. Ce blog représente donc cinq bonnes années de ma vie.

    L'impression que ça me fait, c'est celle que ce blog aura été le récit, intérieur, de mon adolescence. Le récit du début d'un cheminement, d'une métamorphose. On ne pense pas à quinze ans comme on pense à vingt-et-un ans. Ce blog, c'est ma progression, mes changements, mon évolution. Mes remous intérieurs et peut-être quelques apaisements.

     Aujourd'hui, j'ai l'impression que toute cette période-là, qui aura été celle de mon blog, est terminée. La période d'une adolescence, d'une métamorphose, d'une solitude, aussi. J'ai eu besoin de ce blog pour me servir de moi-même comme d'un interlocuteur, car j'étais seul. Aujourd'hui, je ne suis plus seul, j'ai plusieurs interlocuteurs.

    Je vis ma vie à Strasbourg, j'y progresse dans mes études, j'ai une amoureuse avec qui je partage mon temps, j'ai quelques ami(e)s, j'ai des colocataires que j'aime beaucoup. Ce n'est plus du tout la même donne qu'auparavant. Je ne suis plus seul du tout. Et je ne suis plus du tout certain d'avoir encore besoin d'un blog.

     

    Je continue à progresser. J'ai été admis, pour l'année prochaine, en atelier d'illustration. Par ailleurs, je fais mes débuts en animation de colonie, c'est une situation extrêmement enrichissante, qui me permet de vivre de nouvelles expériences, de faire des rencontres et de m'amener à me remettre en question. Je continue donc à tracer mon petite bonhomme de chemin, entre l'insignifiance, la quête de sens, et la recherche de paix et de bonheur. Je me considère comme étant largement sur la bonne route.

    Je ne dis pas que je ne ferais plus jamais de notes de blog, car on ne sait jamais, dans la vie. Peut-être qu'à un moment donné, ça va me reprendre. Ou alors, j'arriverai à faire des livres, et à y déposer ma voix, mes mots… S'il me reste quoique ce soit à dire ou raconter. 

    Les livres à venir seront comme mes notes de blog : ils devront provenir d'une impulsion, d'une préoccupation, du besoin de parler de quelque-chose. Il ne faut pas que je fasse des choses qui ne parlent de rien.

    Il y a quelques jours, ou quelques semaines, je relisais quelques pages de mon roman, l'Hydromelade, et je me suis dit : qu'est-ce qui vaut quelque-chose, là-dedans ? Qu'est-ce qui est futile et qu'est-ce qui est intéressant ? Si un jour je fais quelque-chose d'autre de cette histoire, ce serait sans doute très très différent, très reconstruit.

    Ces derniers temps, j'ai relu des bandes dessinées de Joann Sfar. Voilà un type qui a une voix, des choses à raconter, des mots forts à partager. 

    J'aimerais bien avoir un jour ma petite voix à moi, mes petites choses à dire, même si elle sont ce que tout le monde peut penser.

    A l'avenir, j'aimerais bien lancer un autre blog, où je présenterai le travail que j'accomplis aux arts-décoratifs de Strasbourg.

    Pour ce qui est de celui-ci, j'aimerai le laisser sur internet, et l'archiver, c'est-à-dire copier mes textes et les laisser quelque-part sur mon ordinateur et mon disque dur, au cas où quelque-chose arriverait à Blogg.org.

    En attendant, je sens bien que j'entre dans une toute autre période de ma vie, dans une autre histoire que celle de ce blog. La fin d'une histoire, c'est le début d'une autre. J'ai le sentiment d'être au début d'une nouvelle histoire dans ma vie. Une vie, c'est tout un tas d'histoires. Mais l'histoire de la chaise vivante, j'ai comme l'impression qu'elle est achevée.

    Elle m'aura fait passé des bons moments. Ce blog m'a permis des rencontres extraordinaires, dont je profite encore, ou bien dont je garde encore un souvenir beau et marquant. J'aurais rencontré, grâce à ce blog, de belles personnes. Elle m'aura aussi permis d'être vu un peu autrement par les gens que je connaissais déjà. Ce blog, ça a été le moyen d'expression de mon adolescence : c'est dire à quel point ça aura été important pour moi. Ça a permis à des proches d'entendre des mots qu'ils n'auraient pas forcément entendus autrement. Ce blog m'aura aussi permis de voir que des personnes pouvaient trouver ma "voix" agréable, intéressante, assez riche. De recevoir des compliments, en bref !… D'être remarqué.

    Oui, ce blog, ça aura été la "voix" de mon adolescence, il me semble.  

    Aujourd'hui, ma voix n'a plus besoin de passer par ce biais-là, ou en tout cas, plus pour le moment.

    Je ne garantis pas absolument que cette chaise vivante est terminée : il est possible que ça reprenne, à n'importe quel moment. Il ne faut jamais dire jamais !… 

     

    Mais, en attendant, je remercie les gens qui ont parcouru ces lignes de l'avoir fait,

     

     

    Boiseime

     

     

    (photo datant de décembre 2010)


  • Commentaires

    1
    Kara
    Jeudi 1er Septembre 2011 à 12:34
    la fin?
    Bonjour, C'est la première fois que je laisse un commentaire sur ton blog mais je le lis depuis plusieurs années. Je ne sais même plus comment je l'ai découvert et tu n'es qu'un anonyme du net pour moi, pourtant que ton blog semble s'arrêter ici me donne l'impression d'être privée à jamais de la fin d'un bon roman. C'est idiot et je ne sais pas comment demander ça correctement mais je voudrais avoir des nouvelles, je voudrais des détails sur comment tu conçois certaines choses, je voudrais savoir comment tu vas vivre avec ou sans le Talent, je n'ai pas envie que les choses s'arrêtent là. Écris-moi s'il te plaît
    2
    Jeudi 1er Septembre 2011 à 20:20
    eh oui !
    Merci pour ton message qui m'a fait très plaisir. J'y ai répondu par un e-mail.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :