• C'est quand même dommage que cette foutue playlist fonctionne si mal, car là j'écoute "Dirty Dancing" de Frida bidule, et c'est quand même un putain de morceau.

    C'est le genre de morceaux qui me donnent envie d'écrire. De m'envoler un peu.

    C'est le genre de musique qui te transporte quelque-part. Peut-être que ça te transporte seulement dans un film à l'eau de rose, je sais pas. Mais alors au dénouement.

    Je vois la scène. J'écoute la musique et je vois la scène. La nana, dans l'avion en partance. Un magazine entre les mains, son voisin s'installe. Elle ferme le magazine, regarde à travers le hublot. Et, toujours sur Frida en bande originale, on passe à un plan sur le garçon. Il fume au balcon. Il est en caleçon, il fait nuit et n'arrive pas à dormir. Il regarde les lumières dans la ville d'un air mélancolique.

    On repasse à la fille. Elle aussi est mélancolique. À côté d'elle, son voisin regarde un dvd sur son ordinateur portable, un casque dans les oreilles. L'avion décolle. Et s'envole. La fille,  à travers le hublot, regarde le sol. Il fait tout noir. Plus l'avion vole haut, plus elle voit tout un tas de points lumineux. Alors, elle admire, mélancolique, les lumières dans la ville. 

    Retour sur le garçon. Il finit sa cigarette. Son visage est plus desespéré que jamais. Il regarde, en-dessous de lui, les voitures défiler. Il rentre dans son appartement.

    Voilà. Ça, c'est ce que je peux écrire lorsque j'écoute "Dirty dancing". C'est une séquence de film que je peux m'imaginer avec cette b.o. Et sans, ça marche pas. 

    Seulement, c'est une musique tellement enlevée, tellement lyrique, que ça conviendrait peut-être mieux à une scène opposée, où la fille sortirait de l'avion au dernier moment, ou bien avec le garçon qui se précipite vers l'aéroport. Mais je trouvais ça beaucoup trop cliché. Enfin ce que j'ai écrit c'était déjà cliché, mais bon.

    Décidément, j'aime la musique. TOUT LE MONDE aime la musique. Mais, bon sang, face à certains morceaux… J'aime la musique.

     

    {Bon. Je relis cette note, j'écoute la musique, et je peux établir que ma séquence ne dure qu'une petite dizaine de secondes. Et je n'exploiterai pas seulement une DIZAINE DE SECONDES de "dirty dancing". Si je devais faire ça sérieusement, ce serait que le DÉBUT d'une séquence, ce que j'ai écrit là…}

     

     

        AJOUT, LUNDI 20 AVRIL AU SOIR

     

    Ah ah ah !! ADIEU DEEZER !!! Grâce à "Jiwa", j'arrive à mettre le dernier album de Frida Hyvönen avec la chanson "I drive my friends" sans aucun souci !!! (merci, Swani, d'avoir toi-même ce lecteur sur ton blog, ce qui m'a permis, ce soir, de penser à l'utiliser…) bon ben voilà, jvais pouvoir mettre de la musique comme je l'entends j'imagine…


    2 commentaires
  • Oh bonheur !… Cette fois-ci, ça marche !…

    Lykke Li, je ne sais pas, mais "My boat" de Melissa Laveaux, ça fonctionne… Bon sang, c'est déjà ça !… Car je viens de découvrir cette chanson sur Fip aujourd'hui, et j'aurais trouvé ça dommage de ne pas pouvoir la partager avec vous.

    Il y a "Dirty Dancing" juste après, de Frida Hyvönen. Elle aussi je viens de la découvrir, il y a peu. La chanson d'elle que j'ai découvert en premier s'appelle "I drive my friend", et je ne sais pas, c'est bizarre… Elle est sur deezer, mais on ne peut pas la lire. On ne peut même pas cliquer sur lecture. Et c'est comme ça pour tout l'album dont il est question. C'est TRES bizarre.

    Je viens de tester la playlist. Je ne sais pas pour vous, mais je n'arrive à entendre en entier, ni la chanson de Frida Hyvönen, ni celle de Lykke Li. 

    C'est nul. Deezer c'est vraiment merdique, ça fonctionne pas… très mal en tout cas. Bon. Au moins vous pouvez entendre "My boat" en entier. 

    D'ailleurs cette artiste, Melissa Laveaux, elle passe le six mai au Trabendo. Je suis déjà allé une fois, au Trabendo. C'est bête, parce que le six mai je serai en concours à Strasbourg. À moins que je me plante à la pré-admission, mais je ne me le souhaite pas.

    Il y a certaines musiques qui me donneraient envie d'être cinéastes. Prendre tel morceau lors de tel passage, pour utiliser le pouvoir de la musique afin de transporter le spectateur.

    Bon, bref.

    Arrêtez la playlist après "my boat", sinon vous aurez que des extraits de dix secondes pour chaque titre…

    (en fait, je continue d'essayer, et voilà ce que ça fait : ça saute immédiatement Frida Hyvönen, et si tu essaies de la remettre, ça se superpose avec Lykke Li, pour donner une cacophonie d'enfer… Et après ça s'arrête au beau milieu des deux morceaux pour laisser Robert Palmer tout seul…)


    votre commentaire
  •  

    Je tiens ce blog depuis plus de trois ans.

    Un blog qui a beaucoup changé depuis ses débuts.

    Je ressens mon blog comme un amour qui s'efforcerait d'endurer le temps qui passe. Qui endure les métamorphoses. Qui endure les petits passages à vide, et l'évolution des besoins, des sentiments.

    Quand jfais une comparaison avec l'amour, jparle de couple. Mon blog que j'ai depuis bientôt quatre ans, c'est un peu comme une petite copine que j'aurais depuis bientôt de quatre ans. Et les choses ont beau changé, elles sont toujours très bien, alors on s'efforce de garder du souffle, de ne pas s'épuiser, de ne pas se laisser mourir. Malgré, comme je viens de le dire, les métamorphoses et les changements.

    J'aime cette idée de fidélité. D'autres surfaces de blogs (blogspot, overblog…) ont beau avoir l'air très bien, je n'abandonnerai blogg.org pour rien au monde. Parce que mon blog sur blogg.org, c'est "c'est alors qu'une chaise vivante arriva". Alors peut-être qu'un jour que je baptiserai un autre blog "c'est alors qu'une chaise vivante arriva" sur over blog ou je-ne-sais-quel-site, mais ce sera le jour où j'arriverai à assimiler l'idée que le nouveau blog sera véritablement le même que l'ancien, avec simplement, je ne sais pas, un petit lifting en quelque-sorte… Mais, ça, je ne saurai l'entendre. Faire un blog ailleurs, en ABANDONNANT celui-là, ce serait CHANGER de blog, ni plus, ni moins.

    Et pour moi, changer de blog, ce serait mettre fin à quelque-chose qui n'a pas à se terminer de sitôt. Ce serait comme mettre fin à une histoire d'amour, comme rompre avec une personne et se mettre avec quelqu'un d'autre.

    Je ne sais pas pourquoi je vous dis tout ça, alors que je n'envisage absolument pas le moindre changement de blog. 

    Enfin bref. Je disais que ce blog a beaucoup changé. Oui. Car à une époque, je faisais une note pour la moindre réflexion que je me faisais. J'ai eu depuis de nombreuses réfléxions de différents ordres dans ma petite tête, qui ne m'ont pas fait éprouver le besoin de les partager avec vous.

    Alors voilà. Je n'éprouve plus les même besoins. Quelque-chose qui aurait pu me pousser à écrire un article il y a quelques années n'en fait peut-être plus rien aujourd'hui.

    Peut-être aussi que j'en ai marre de réfléchir dans le vide. Mais peut-être pas. Je ne sais pas. J'ai juste plus besoin de les écrire, jcrois. Et puis il y a le fait que je tiens un journal intime. Ou j'écris encore des choses que je ne partage donc pas ici.

    Il y a aussi des préoccupations qui sont de celles que je ne veux pas rapporter sur un blog.

    Car oui, c'est avant tout une histoire de préoccupations. Je rapporte sur mon blog ce qui me préoccupe. Or, qu'est-ce que je vous écris si ce qui me préoccupe le plus actuellement tient du privé ?…

    Bon, c'est du privé universel hein, pas des trucs du genre "oh oui j'aime machine mais elle aime truc", non pas ça… Plutôt des ressentis que je dois partager avec pas mal de monde mais qui, simplement, me mettraient un peu trop à nu.

    Je pense qu'il y a aussi très simplement un côté où je souhaite de moins en moins raconter me vie. De moins en moins me mettre à nu. De moins en moins partager mes pensées intimes et personnelles.

    Par exemple je pourrai vous écrire qu'aujourd'hui je suis allé au jardin du luxembourg et que j'ai vu un couple sur un banc carrément torride, qui s'embrassaient mais comme s'ils avait essayé de se coller le plus possible l'un à l'autre de tous leurs membres, comme s'ils avaient essayé de fusionner leur têtes… C'en était franchement sexuel, la nana en est venue à monter sur son mec. Et bien, ces deux tourtereaux sexuels, j'ai essayé de les dessiner. Mais à un moment j'en pouvais plus, je me suis cassé.

    Eh bien vous voyez, cette anecdote, c'est exactement le genre d'événements que je n'éprouve plus le besoin de partager sur ce blog. Si là je l'ai fait, j'aurais aussi bien pu m'en passer.

    Par ailleurs, si j'ai rapporté cet événement malgré tout, je crois que c'est essentiellement à cause de ce que je vous disais plus tôt. Car, ce qui me préoccupe actuellement et qui est universel et que je ne veux pourtant pas partager avec vous, c'est ça, c'est ce couple de tourtereaux sexuels.

    Et là, vous vous dites : "il a besoin de sexe ?!…"

    Moi, je vous répondrai que je n'entrerai pas dans les détails, que j'ai besoin de contacts corporels, et que je ne veux pas finir comme dans "quarante ans toujours puceau."

    Ah ah ! Je suis pathétique ! Mais au moins je suis drôle… Est-ce que je suis drôle ?… Quand je vous écris ce que je viens de vous écrire, j'ai l'impression d'être un personnage burlesque misérable et pathétique mais qui serait le personnage d'un film drôlissime. Des fois, je me prends vraiment pour un héros burlesque, vous savez. Il y a des fois où je sors seul et où il faudrait me filmer. A cause de ma maladresse. Moi-même jpeux me faire rire, comme ça.

    Tout de même. Sur le manque de "contacts corporels", comme j'écris un paragraphe plus haut. Je pourrais vous écrire un texte entier. Plus approfondi. Mais voilà, je veux juste pas me livrer à nu, présenter mon intimité.

    Bref. Voilà, mon blog a changé. Je ne partage plus les même choses avec vous, maintenant. Alors, qu'est-ce que je partage avec vous, à présent ?… 

    Des éclairs. Des éclats. Des surprises que je n'attendais pas moi-même. Oui, je crois que c'est ça. C'est une histoire de préférences. Jveux dire, jvous écris moins, mais j'essaie d'écrire bien.

    Je parle pas de là. Parce que là justement, je me contente de vous parler. Mais, des fois, je vous écris parce que je sens que je tiens quelque-chose de vraiment bien. Ou de vraiment important. Ou simplement parce que j'ai une réaction vive par rapport à quelque-chose, qui s'impose pour cet espace qu'est mon blog.

    Mais du coup voilà. Je vous écris très rarement. Il y a quelques temps je lisais sur un blog (clin d'oeil à Swani) un truc du genre "mince ce dernier mois j'ai publié onze articles ! c'est beaucoup !" (jvous la fais très approximativement car je n'arrive pas à mettre la main sur la note où elle écrit ça) Et ben ouais, c'est beaucoup. Et je me suis dit : mince… mon blog est mort…

    Pourtant, je m'y refuse. Quitte à publier quatre notes par mois maximum, je le garderai vivant. 

    Je ne peux pas laisser ma chaise vivante mourir. Je ne peux pas proclamer : "étant donné que mes besoins ont changé, que tout, justement, a changé entre nous… Étant donné que rien n'est plus pareil qu'au début… Je te quitte."

    Si mon blog était vraiment mort, que je n'aurai vraiment plus rien à écrire dessus, que je ne ressentais vraiment plus le moindre besoin de tenir des notes… Alors, là, oui, peut-être que je le quitterai. Mais ce jour n'est pas arrivé. Il y a toujours, de temps en temps, un moment où j'ai envie de partager quelques mots avec vous.

    Et puis je déteste cette idée. Cette idée de mettre fin. Alors que j'aime énormément celle de pérennité. Celle de continuer, encore et toujours, malgré le temps qui passe. L'idée de tenir le coup et de voir que ça fait déjà tout ce temps qu'on tient le coup.

    Je vous l'ai dit, mon blog, c'est comme une relation amoureuse. Ce blog m'est une copine avec qui ça marche depuis déjà plus de trois ans, et les choses ont beau avoir changé, J'AI beau avoir changé, mes BESOINS ont beau avoir changé, il se trouve que, malgré tout, j'entretiens toujours ce BESOIN de tenir mon blog, au moins à l'occasion… Et je suis heureux de toujours penser que je ressens ce besoin.

    C'est quelque-chose qui me fait très peur, en amour. L'idée de rupture, de mettre fin. Et puis un couple, ce n'est pas un blog. Un blog c'est une seule personne. Un couple c'est deux personnes qui se mettent ensemble. Ça fait deux personnes à convaincre de rester ensemble. C'est beaucoup plus complexe que pour un blog. 

    Alors oui, c'est effrayant. Parce que l'idée de ne pas mettre fin, d'entretenir ce besoin de l'autre, je trouve ça trop beau, trop beau pour ne pas le laisser exister… Ça me ferait chier de passer ma vie d'une relation à une autre. Pourtant, c'est bien une histoire de BESOIN. Tant qu'il y a besoin de l'autre, il y a relation. S'il n'y a plus de besoin de l'autre, il n'y en a plus. Je crois que c'est aussi simple que ça.

    Alors voilà, c'est tout.

     

    Je pourrais terminer cette note ici, mais il me reste quelques mots à dire ( à dire par l'écriture…).

    Quand je vous dis que je ne veux pas rester puceau à quarante ans et tout ça, et bien, je me disais, tout à l'heure, en y repensant : merde, je me sens terriblement proche de mon personnage d'Hyppolite…

    Dans ce roman que j'ai écrit, tous les personnages me ressemblent, d'une façon ou d'une autre. Aucun personnage ne dépasse les limites de ma personnalité. Et, quand j'y pense, chaque personnage VIT SEUL. Et je n'ai pas fait exprès. Mais chaque personnage de cette histoire qui commence maintenant à dater un peu, est SOLITAIRE.

    Et, vous savez, c'est justement quelque-chose qui me faisait réfléchir ces derniers temps, et qui me faisait penser : "tiens, je devrais en parler sur mon blog, ça pourrait faire un bon article…". Dans le sens où, je me sens incapable de raconter une histoire qui dépasse les limites de ma personnalité.

    Je veux dire, je dis même pas ça par rapport à des idées très compliquées, c'est même extrêmement simple : je ne pourrais pas écrire un personnage qui serait, je ne sais pas… Non, attendez… Ce que je veux dire, c'est que je ne pourrais pas vous rapporter un dialogue entre deux mathématiciens sur les derniers travaux de je-ne-sais quel type. Pour prendre un exemple clair.

    J'ai le sentiment qu'une histoire a nécessairement quelque-chose d'un autoportrait. Non seulement elle part de vos préoccupations propres, mais, quelque-part, une histoire ne peut dépasser son auteur. Un auteur peut sûrement dépasser son histoire, mais pas l'inverse. Je sais pas si je suis clair.

    Peut-être que je devrais essayer d'approfondir ce sujet un de ces quatre. Là, faut que j'arrête. 

    Bonne soirée. À une autre fois. Lorsque j'exprimerai encore ce que j'aurai besoin alors d'exprimer.

    ps : par rapport à cette histoire de "quarante ans toujours puceau". Et d'Hyppolite avec qui je me sens proche. Eh bien, voilà : j'ai peur d'avancer dans ma vie, en avançant qu'à moitié. Comme Hyppolite. Je ne veux pas avancer dans les études, avancer dans la "sortie du nid", avancer sur tout un tas de plans, en restant par ailleurs totalement bloqué voire paralysé sur ce qui se qualifierierait de "vie sentimentale"… (et, message personnel, je ne crois pas que ce sera une Marion qui résoudra mes problèmes !)

    ps 2 : Marion c'est pas une soupirante ou quoi hein… Pour ceux qui sont pas de ma famille… Cherchez pas à comprendre ce détail, d'ailleurs.

    ps 3 : LE PROBLÈME AUSSI, AVEC CES RACONTAGES DE LIFE QUE JE CROIS FAIRE DE MOINS EN MOINS, C'EST QUE CE SONT D'ÉNORMES PAVÉS QUE PEU ONT LA BRAVOURE DE LIRE… (en même temps c'est pas nécessairement si grave…)


    2 commentaires
  • "Bon… Ben voilà… Jsuis crevé, et jvais sûrement me coucher alors que j'ai rien foutu de la journée et que je pars demain…"

    Le milk-shake à qui je me confesse m'ignore.

    "Hey! Je te parle !"

    "Ton blog c'est pas un milk-shake vivant… C'est une CHAISE vivante…"

    "Ben oui mais bon ça fait trois semaines que je lui ai pas parlé à ma chaise, alors tu comprends, jpréfère parler à un milk-shake… Et puis c'est doux un milk-shake…", jlui dis.

    "Ah ça c'est pas un argument, ya des chaises super douces pour les fessiers ! Pas toutes, mais yen a. Nan mais de toutes façons, qu'est-ce que tu veux que je te dise ?… Je t'écoute, mais pourquoi je te répondrai ?… Jveux dire, t'es un glandeur, un glandeur qui part à Dijon demain et qui a encore tout à préparer pour son concours très important, oui c'est grave, mais voilà, qu'est-ce que tu veux que je te dise ?… "Florian c'est mal" ?… T'as besoin de ça ?…"

    "Je sais pas…" je réponds au milk-shake. Je rajoute : "les chicous-chicous, c'est quand même vraiment trop de la bombe. J'admire trop cette bande dessinée".

    Je fais une pause et je continue : " Ils sont tranquilles, entre potes. Ils sortent ensemble, glandouillent. On les voit bosser assez rarement."

    Je réfléchis. "En fait, j'aimerai bien être un chicou-chicou."

    Le milk-shake est redevenu un milk-shake silencieux. Moi, jrajoute encore :

    "j'ai quatre pages à écrire d'ici demain quatre heures de l'aprèm. Plus mon exposé pour présenter mon travail à taper. Et faut toujours que j'arrange mon dossier. Que je réécrive les indications. Que je refasse les titres. Ça, encore, ça prendra pas tellement de temps… Je sais pas pourquoi j'ai autant la flemme. Putain, je pars demain et il me reste encore tout à faire."

    Je regarde le milk-shake qui dit rien.

    "Je suis pas raisonnable. Des fois j'en ai marre de pas être raisonnable. Ça se trouve je suis en train de rater ma vie à cause de ça."

    Je reste silencieux puis je balance encore une dernière réplique avec une désolation fascinée :

    "putain… J'ai pas bossé de la journée… C'est dingue…" 


    votre commentaire
  • J'ai dessiné ça mais comme mon père a remplacé l'ordi le week-end dernier j'ai eu énormément de mal à maîtriser la tablette graphique en dessinant… C'était un peu chiant et horrible quoi.

    Cela dit le côté, euh, "bordélique" voire dégueu du dessin était voulu, à la base… Les coups de noir et de couleurs dans tous les sens, tout ça… Mais c'est ptêt un peu trop, jveux dire, il est peut-être un peu cheum ce dessin…

    J'ai passé la journée à relire le blog des chicous-chicous. Je suis allé sur le site de Aude Picault dont le travail est incroyablement admirable. J'aimerai vraiment beaucoup beaucoup aller aux arts-décoratifs de Strasbourg. À cause de mon admiration pour des gens comme ça. Et aller en Illustration en troisième année. Mais qu'est-ce qu'on fout pendant les deux premières années ?… C'est pas grave. De toutes façons, je sais que je vais me rétamer au concours de Strasbourg. J'ai encore passé une soutenance pendant le concours blanc et apparemment je parle si mal de ma pratique qu'à l'heure actuelle je ne suis capable d'être admis à aucun concours. Donc Strasbourg… Mais c'est pas grave. C'est pas grave parce que j'ai encore quelques semaines pour m'entraîner. Alors j'arriverai bien à être admis aux Beaux-Arts de Dijon, peut-être, par exemple. Auquel cas je m'entraîne à fond pendant un ou deux ans pour rentrer à Strasbourg et y faire de l'illustration. Et voilà. J'ai deux ans pour devenir un énorme boss qui tue sa mère. Euh, non, jtue pas ma mère. Ya pas une expression consacrée un peu moins ultra-violente ?…

    Non mais jdis ça mais en même temps Dijon ben, ben même Dijon ben jsuis pas prêt… 

    Ouais c'est-à-dire que voilà : là jsuis en train de vous raconter ma vie, mais en fait demain je pars à Dijon et le concours commence après-demain, et donc il faut absolument que je reprenne mon dossier qui est tout moche et dégueu, et que j'écrive tout un tas de petites lettres dactylographiées demandées par les beaux-arts de Dijon, et puis il faudrait que j'écrive un exposé bien structuré pour parler de mon travail de façon pas trop nulle… Et là ça fait depuis le début de la journée que j'ai rien foutu.

    En même temps faut me comprendre, j'ai passé deux semaines à monter une expo de cinglés avec ma classe qui m'a fait sortir du lycée à 20 heures ou 22 heures certains soirs, et juste après j'ai eu un concours blanc (catastrophique), au total je n'ai donc eu aucun répit… Alors normal que là j'ai besoin d'une pause et que je foute rien…

    Et en même temps il faut vraiment que je taffe, là, c'est vraiment urgent…

    Je les veux, les beaux-arts de Dijon… Jveux dire… J'aimerais bien au moins être admis quelque-part, pour l'année prochaine !!…

    (et sinon, cher public, tu auras compris que, si je n'ai pas fait la moindre note depuis au moins trois semaines, c'est à cause de tout ce que j'ai pu expliquer plus haut, soit le montage de l'expo et le concours blanc…)

    Sur ce, Florian vous salue.


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires