• Un lapin rose sur la tête du président dégringole sur la balustrade dorée.

     Le Monde est pénible. Je pense au Tibet, et je pense à tout le reste.

     En 1968, en Tchécoslovaquie, un étudiant s'est immolé pour protester contre l'occupation soviétique, avec la répression du printemps de Prague.

     Et j'aimerai me rappeler des détails de ce chinois qui a souhaité s'interposer devant un tank, il y a bien longtemps.

     Une fois, un chef de l'État chinois avait fait ses excuses au Tibet, et il a eu vite fait d'être démis de ses fonctions.

     Les gens peuvent être pénibles et faire devenir d'autres gens agoraphobes. En surnombre, ils font devenir certaines personnes misanthropes.

     J'ai vu There will be blood, et Daniel Plainview, ça c'est du misanthrope.

     En ce moment, c'et le blocus pour mon lycée. Je me positionnerai pas sur c'est bien ou mal, ni sur les réformes si c'est bien ou mal; mais... le lycée vide, bon sang. Oui, car j'ai franchi le blocus, et un lycée désert, vraiment, ça laisse rêveur. Quelques âmes errantes pendant les cours. Au lieu des troupeaux de beuglements assourdissants qui empêchent un cours. Des couloirs vides. Un C.D.I tranquille où il fait bon de lire. Une cantine sans queue, sans bordel: une file sans être étouffé par un océan de violents éléphants qui t'écrabouillent la gueule de part et d'autre autour de toi. Une file sans attente de vingt minutes que tu passes comme noyé dans un océan de gens méchants, mal éduqués, cons et débiles profonds qui te foutent en rogne. D'ailleurs, pas de file du tout.

     Une fois à l'intérieur de la cantine, toutes les tables vides. On ne passe pas des heures à chercher une table. Aucun boucan embarrassant qui te fait demander "QUOI ?" quand on te parle. Aucun surveillant qui te dit de te dépêcher de finir de bouffer parce qu'il faut que ça tourne.

     Non, là, c'est simplement désert.

     Bon sang, si seulement ça pouvait être une situation normale : une petite poignée de personnes, pour un lycée immense.

     J'aimerai vivre un jour dans un trou perdu quelque-part sur Terre, dans un endroit à la densité minimale et aux espaces immenses.

     J'aime les gens, j'aime autrui, mai j'aime être tranquille. J'aime être seul. J'aime être libre. J'accepte pourtant, bien sûr, d'aimer les autres. D'être avec eux. De me donner du bonheur grâce à eux. Et j'accepte aussi, malgré moi, d'être dégoûté par certains aspects que nous détenons également, que ce soit dans la queue de la cantine ou lorsque l'on entend parler du grand monde extérieur.

    3 commentaires
  • - Haaaaa !

    Il venait de s'enfiler un magnifique verre de pamplemousse blanc, et le reposait lentement à côté de l'évier. Soudain, devant lui, il vit un cousin collé au mur. Il ne savait plus que cela s'appelait un cousin, et d'ailleurs, il avait oublié si c'était inoffensif, ou bien aussi terrible que les moustiques. Mais il lui semblait que ces bestioles, qui ressemblaient tant aux moustique, partageaient certainement les même vices désastreux. Oubliant tout à fait le jus de fruit — délectable —, il saisit qu'il fallait faire un choix. Puisqu'il ne devait être qu'un espèce de gros moustique, il méritait sûrement la mort. Et, en même temps, il lui semblait que la vie possédait un caractère sacré à respecter; d'autre part, écraser le spécimen de ses mains nues lui était une idée peu enthousiasmante. Durant tout ce temps, le cousin demeurait tout à fait figé. Sachant qu'il fallait agir rapidement, le jeune homme prit l'initiative de prendre un verre. Il prit spontanément celui où il avait savouré le jus de pamplemousse blanc, et se dirigea vers le salon, faute d'avoir trouvé le moindre papier dans son champ vision, devant l'évier. Là, sur la table en désordre, il prit une feuille où sa mère, abstente, avait noté sa liste de choses à faire durant la journée. Il revint au trot dans la cuisine, et, regardant son verre, réalisa : non, je ne vais pas utiliser le verre où j'ai bu mon jus : j'aimerai sûrement, tout-à-l'heure, en reprendre un peu, dans le même verre...

    Le jeune homme chercha donc un autre verre. Il constata malheureusement qu'il n'y en avait pas le moindre, sale, dans l'évier... Il restait cependant, à côté de l'endroit où il venait de reposer son verre précédemment gorgé de jus, un verre trensparent couleur caramel. Bon. Il ferait l'affaire.
    Le jeune homme prit donc le récipient, se concentra, et, constatant que l'espèce de gros moustique était resté au même endroit exactement, l'appliqua autour du cousin, enfermé. Il glissa enfin le papier sous le verre, et pût se permettre de prendre la cage en main dans l'objectif final d'ouvrir la porte de la cuisine, et de laisser filer l'insecte. La porte ouverte, le cousin toujours enfermé, il se questionna à voix haute :

    - Est-ce que j'ai raison ? Enfin... Je la laisse vivre, mais, si c'est effectivement la même chose qu'un moustique et qu'il va pour faire souffrir la race humaine, je ne sais pas si je fais bien... Je devrais peut-être la tuer... En même temps, Je trouve que Tolstoï a une manière de penser très intelligente, et sa conception de toute vie comme sacrée, et donc respectable, me paraît tout à fait légitime, et je devrai peut-être le respecter, malgré le fait que, de toutes évidences, tuer ce genre de choses n'est pas un acte criminel... Ce n'est qu'une bestiole qui, sûrement, ne pense pas, ne ressent pas, bref, cet insecte n'est qu'une machine, et elle gagnera plus à être tuée, épargnant ainsi mes propres congénères de mille sangs sucés, que vivante, et emmerdant l'espèce humaine... Ouais... Ouais, mais bon... Même si il semble en effet davantage logique de la tuer, ne pas la tuer, c'est respecter la vie, et respecter la vie, c'est me respecter moi-même... Enfin, je dis pas que je l'épargne juste pour moi, mais... euh... Dans tous les cas, la conception de Toltoï me paraît asez pertinente pour être méditée, et respectée en attendant de peut-être la réfuter...

    Le jeune homme, terminant de murmurer tout seul dans sa barbe, leva les yeux au ciel. Enfin, il fit attention au verre caramel :

    - Enfin bref, t'en as ptêt marra d'étouffer, toi...

    Là, comme pour officialiser la fin de son soliloque; il retira la feuille de papier, laissant s'échapper l'insecte, rentra dans la cuisine, et referma la porte.



    Plus tard, la soeur du jeune homme lui dit que ces "espèces de gros moustiques" étaient en fait des cousins, et que ces choses-là sont tout à fait inoffensives, ne suçant pas le sang. Il en conclut qu'il avait bien fait de l'épargner.

    votre commentaire